En ondes: Vous écoutez Clic franco | Avec Valérie Girard

Information régionale

Une responsabilité de l’entreprise

today1 mai 2024

Arrière-plan
share close

C’est aux employeurs de s’entendre avec les travailleurs sylvicoles concernant le mode de rémunération.

 

C’est ce qu’affirme la ministre des Ressources naturelles et de Forêt.

 

Le projet pilote en place depuis 4 ans au Bas-Saint-Laurent de rémunération hybride pour les travailleurs sylvicoles n’est pas reconduit par le gouvernement caquiste. Plusieurs associations réclament que ce projet soit reconduit et même étendu à d’autres régions du Québec. C’est le cas pour le Conseil central CSN du Bas-Saint-Laurent, la Fédération de l’industrie manufacturière et le Syndicat national de la sylviculture.

 

La ministre Maïté Blanchette Vézina refuse d’accorder une entrevue, mais elle écrit : « je suis sensible aux conditions de travail et de rémunération de tous les employés du secteur forestier, incluant les travailleurs sylvicoles. Je rappellerais que le projet pilote avait pour but d’accompagner les entreprises dans la recherche de nouveaux modes de rémunération afin d’améliorer la rétention et le recrutement de leurs travailleurs. Il appartient maintenant aux entreprises de mettre en application ce que l’expérience du projet pilote leur a enseigné.  En tant que ministre, j’ai l’obligation de respecter l’indépendance du Bureau de mise en marché des bois. Les grilles de taux sont déterminées par une démarche objective qui prend en compte la rémunération versée par les employeurs. »

 

Partager


0%