En ondes: Marcher l'plancher | Salebarbes

Information régionale

Une erreur qui sème l’émoi

today5 décembre 2019

Soulagée, Lucille Leblanc pose aux côtés de sa mère de 97 ans qui demeurera au Manoir du Havre par choix Photo: Julie Drapeau

Arrière-plan
share close

Une annonce du CISSS a semé l’émoi cette semaine dans une famille.

 

            Mardi, le Centre intégré de Santé et de Services sociaux de la Gaspésie confirmait que 24 résidents de la ressource intermédiaire Villa Maria, devenue Manoir du Havre, seraient transférés vers 2 autres résidences à compter de janvier. 

Ce centre a fait l’objet d’une enquête du Protecteur du citoyen, dont le rapport accablant en 2018 a fait état de lacunes dans les menus, les soins prodigués aux clients et la médication administrée. 

La surprise a été immense pour Lucille Leblanc, son frère et la famille, lorsqu’ils ont appris, en écoutant les bulletins d’information, que leur mère de 97 ans devrait déménager : 

  • cover play_arrow

    Une erreur qui sème l’émoi solinfo

            Malgré les doutes sur la véracité des propos du CISSS, l’inquiétude s’est installée : 

  • cover play_arrow

    Une erreur qui sème l’émoi solinfo

            Le Centre de Santé et de Services sociaux de la Gaspésie a dû corriger aujourd’hui.  Ce sont 6 résidents qui quitteront vers le Manoir Lady Maria et 6 vers le Manoir Saint-Charles de Caplan. 

10 ont choisi de rester chez eux au Manoir du Havre et 2 sont toujours en réflexion. 

Le directeur du programme de soutien à l’autonomie des personnes âgées du CISSS, Jean Saint-Pierre, note en effet que des résidents ne déménageront pas :

  • cover play_arrow

    Une erreur qui sème l’émoi solinfo

            Maintenant rassurée, Lucille Leblanc demande que l’information communiquée par le CISSS soit exacte :

  • cover play_arrow

    Une erreur qui sème l’émoi solinfo

            La famille estime que la situation s’est améliorée depuis l’enquête du Protecteur du citoyen et le rachat des lieux par de nouveaux propriétaires.  Pour ces motifs, et en raison de l’âge puis de l’état cognitif de leur mère, son frère et elle ont choisi de la laisser au même endroit.

 

La nouvelle propriétaire, Isabelle Martin et Lucille Leblanc Photo: Julie Drapeau

 

 

 

           

Partager


0%