Informations régionales

Un recul pour la Gaspésie

12 février 2020

L’adoption de la loi 40 est un recul pour la Gaspésie et pour la démocratie en général, estime le président sortant de la Commission scolaire René-Lévesque.

 

            Le gouvernement a adopté sous le bâillon aux petites heures samedi matin la loi sur la réforme de la gouvernance scolaire.  Cette loi prévoit la transformation des commissions scolaires en centres de services et l’abolition des élections scolaires dans les districts francophones.  Jean Couture n’est aucunement surpris de la tournure des événements, mais il se dit attristé de constater un net recul concernant la démocratie scolaire.  Il affirme que les centres de service seront administrés par un conseil d’administration et leur poids politique ne sera pas comparable à celui d’une commission scolaire :

 

            Jean Couture déplore l’empressement du ministre qui a utilisé le bâillon pour faire adopter cette loi après seulement 70 heures d’études.  À ses yeux, cette loi est un cheval de Troie qui va beaucoup plus loin que la gouvernance scolaire.  Elle touchera notamment la tâche des enseignants, leur formation et la révision de notes, entre autres :

 

            Il fait un parallèle entre la réforme centralisatrice du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge et celle de l’ancien ministre la Santé, Gaétan Barrette :

 

            Les nouveaux conseils d’administration seront formés le 15 juin 2020. D’ici là, les directions des commissions scolaires assureront le bon déroulement des opérations et les commissaires deviennent membres d’un comité conseil.

Retour

PARTAGER