Informations régionales

Un compromis souhaité

16 septembre 2019

WATERLOO, Canada — Justin Trudeau admet que son équipe a tenté de trouver une solution pour faciliter la candidature de son ancien candidat, Hassan Guillet, qui a tenu des propos «antisémites» selon le B’nai Brith.

Mais le Parti libéral du Canada a décidé de révoquer la candidature de l’ancien imam «quand il est devenu évident que les propos étaient inacceptables», a ajouté M. Trudeau.

Le chef libéral n’a pas précisé à quel moment cette évidence s’est manifestée.

L’organisation B’nai Brith dit avoir porté à l’attention du parti, à la fin du mois d’août, d’anciennes déclarations que M. Guillet aurait faites sur les médias sociaux. Selon le groupe, ces déclarations sont «troublantes, antisémites et anti−israéliennes».

Le 30 août, le PLC publiait un communiqué de presse pour révoquer la candidature de M. Guillet.

Lors d’une conférence de presse, le principal intéressé a déclaré qu’il avait été «trahi» par l’entourage de Justin Trudeau, qui était au courant de ses affirmations controversées.

M. Guillet a aussi affirmé que le parti avait commencé à travailler sur un «plan d’action», dès le début du mois d’août, pour démontrer l’appui de membres de la communauté juive à sa candidature. 

M. Guillet s’est toujours défendu d’être raciste ou antisémite.

Catherine Lévesque, La Presse canadienne

Retour

PARTAGER