Informations régionales

Trudeau interpellé sur le climat avant, pendant et après son rallye à Vancouver

12 septembre 2019

Par Catherine Lévesque

LA PRESSE CANADIENNE

VANCOUVER _ Au printemps dernier, William George, de la nation Tsleil-Waututh au nord de Vancouver, s'est rendu à une activité de financement du premier ministre Justin Trudeau pour interrompre son discours et protester contre l'expansion du pipeline Trans Mountain.

Mercredi, le manifestant était encore au rendez-vous pour protester contre la venue du chef libéral dans son coin de pays.

"Qu'il vienne lancer sa campagne ici, en Colombie-Britannique, c'est insultant", peste-t-il. "Il vient promouvoir son pipeline sale quand il ignore nos lois spirituelles, nos droits spirituels."

M. George faisait partie des quelques dizaines de manifestants contre le projet de Kinder Morgan qui étaient rassemblées à l'extérieur du Centre culturel italien de Vancouver, là où M. Trudeau tenait son premier rallye de la campagne électorale.

Peter McCartney, porte-parole du Wilderness Committee et l'organisateur de la manifestation, dit qu'il n'est pas surpris que le chef libéral s'arrête à Vancouver en premier lieu.

"Il a beaucoup de travail à faire, ici. Les gens sont furieux à propos de l'approbation du pipeline et de l'achat du pipeline. Il est mieux de venir ici la queue entre les jambes", a-t-il lancé.

M. Trudeau a récemment déclaré que la Colombie-Britannique serait incontournable pour les libéraux dans la prochaine élection.

Elle la seule province de l'ouest canadien à avoir élu un gouvernement progressiste dans les dernières années. En comparaison, les autres provinces ont élu des gouvernements qui ont promis d'en faire moins pour l'environnement, avait-il dit.

C'est d'ailleurs le message qu'il portait devant les centaines de partisans réunis à Vancouver, mercredi soir.

"On a tous une décision importante à prendre : Continuer d'avancer en s'appuyant sur les progrès déjà réalisés, ou revenir aux politiques des années Harper", a-t-il tonné, devant les centaines de militants et une vingtaine de candidats de la région, dont les ministres Harjit Sajjan et Carla Qualtrough.

Si l'ambiance était plutôt à la fête à l'intérieur du Centre culturel italien de Vancouver, loin des manifestants. Mais l'un d'entre eux s'est faufilé dans la foule et a interpellé M. Trudeau sur le climat.

M. Trudeau a continué son discours et les militants libéraux ont enterré les cris de protestation du jeune homme qui a rapidement été escorté vers la sortie.

la fin du rassemblement, d'autres cris, plus polis, se faisaient entendre. Une bande d'étudiants grévistes pour le climat scandaient des slogans pour tenter d'attirer l'attention "de façon respectueuse".

"On est venus ici pour être entendus et pour exprimer ce qu'on veut. Mais aussi pour faire la promotion de notre manifestation du 27 septembre", a déclaré Natalie, une étudiante en 8e année et organisatrice du groupe des "Sustainabiliteens" de Vancouver.

Même s'ils n'ont pas encore l'âge de voter, les jeunes élèves ont l'intention de faire la tournée des partis politiques pour entendre leurs propositions sur le climat.

M. Trudeau, pour sa part, continuera sa journée de jeudi dans l'ouest, là où le débat sur le pipeline Trans Mountain divise. Son itinéraire prévoit des arrêts à Kamloops, en Colombie-Britannique, ainsi qu'à Edmonton, en Alberta.

Retour

PARTAGER