Informations régionales

Paspébiac:  un citoyen se censure devant une mise en demeure

L'image qui a mené à la mise en demeure acheminée à Ghislain Gagnon le 14 janvier Photo: tirée de Facebook

Paspébiac: un citoyen se censure devant une mise en demeure

19 janvier 2021

Un citoyen de Paspébiac retire une publication Facebook après une mise en demeure de la Ville.

 

            Jeudi, Ghislain Gagnon a fait une publication pour dénoncer le fait que la Ville devra payer 240 mille dollars à l’ex-directeur général Paul Langlois, destitué en 2018.  Le citoyen faisait un parallèle entre ce jugement du Tribunal administratif du travail et le dossier des chats errants dans le secteur du quai.  Le maire y était représenté comme le chat botté et était affublé du surnom super pussy.

 

            Ghislain Gagnon reprenait les mots de la juge, rappelant que le congédiement était basé sur des motifs arbitraires, discriminatoires ou déraisonnables, tout en notant qu’il aurait été planifié pendant la campagne électorale de 2017.

 

            Ghislain Gagnon, qui avait d’abord l’intention de laisser sa publication en ligne, s’est toutefois ravisé lundi, à la suite de conseils juridiques qu’il a reçus :

 

            Le citoyen entend poursuivre son travail critique envers les élus mais il prendra d’autres moyens, étant convaincu qu’une poursuite bâillon lui pendait au-dessus de la tête :

 

            Le maire n’est pas d’accord avec cette interprétation. Régent Bastien affirme que les décisions de la Ville peuvent être critiquées mais dans le respect :

            Le maire est satisfait du retrait de la publication et affirme que la Ville n’ira pas plus loin dans ce dossier.

Retour

PARTAGER