Informations régionales

Opération sauvetage pour les maires et les médias

Le maire de Carleton-sur-Mer, lors de sa prise en charge sur la rive par les pompiers et ambulanciers. Photo: Julie Drapeau

Opération sauvetage pour les maires et les médias

19 juin 2019

            La garde côtière auxiliaire a dû récupérer 2 maires dans l’eau de baie des Chaleurs, hier soir.

 

            Toutefois, l’opération était planifiée et les maires de Nouvelle et de Carleton-sur-Mer s’étaient prêtés au jeu en acceptant de se mouiller.

 

            C’est que les bénévoles de l’unité 30 de la garde côtière auxiliaire tenaient l’activité les maires à la mer.  Celui de New Richmond, Éric Dubé, a pris part à la sortie dans un bateau accompagnateur.  Formateur et impliqué depuis 22 ans dans la garde côtière auxiliaire, Robert Leblanc, estime que le rôle de ces intervenants est méconnu des élus et de la population.  D’où l’activité hier soir :

            Cette unité couvre la baie des Chaleurs.  Le but était de faire parler du rôle de ces intervenants formés pour les sauvetages en mer et qui sont tous bénévoles.  Des médias étaient invités pour que l’information soit transmise au public.  Denis Caissy, membre de l’unité, note qu’il est très facile d’appeler à l’aide lors de pépins en mer : pannes de moteur, panne de gouvernail, détresse d’une personne.  Il s’agit de retenir la façon de faire :

            Mathieu Lapointe, maire de Carleton-sur-Mer, la fausse victime d’un malaise hier avec le maire de Nouvelle, Yvan St-Pierre, a été surpris de voir qu’une intervention en mer mobilisait tant d’intervenants, mais que les méthodes sont très bien rodées :

            Au Québec, la garde côtière auxiliaire intervient sur 40 % des appels de détresse.  Toutefois, dans l’est du Québec, notamment en Gaspésie, les cas sont généralement plus graves.

 

Le maire de New Richmond, Éric Dubé, a pris part à la sortie dans un bateau accompagnateur. Photo: Julie Drapeau

Retour

PARTAGER