En ondes: Le CPR Blues à Jane | Groovy Aardvark

Information régionale

Mort de l’afro-américain George Floyd: Un groupe d’action pour contrer le racisme se met au travail au Québec

today15 juin 2020

Nadine Girault, ministre des Relations internationales et de la Francophonie, co-présidera le groupe

Arrière-plan
share close

François Legault crée un groupe d’action pour lutter contre le racisme.

 

Les 7 membres du gouvernements- 3 ministres et 4 députés- prendront l’été pour contacter les organismes qui représentent les minorités au Québec.  Ils ont le mandat de présenter des recommandations concrètes d’ici l’automne.

 

Ce groupe est fondé dans la foulée de la mort de George Floyd aux États-Unis lors de son interpellation policière, décès qui a ouvert à la voie à la mobilisation antiraciste.

 

La ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault, d’origine haïtienne qui a passé une partie de son enfance à Gaspé, co-présidera le groupe avec le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant.  La ministre des Affaires autochtones, Sylvie D’Amours y siège également.

 

La démarche touchera la sécurité publique, la justice, le milieu scolaire, le logement et l’emploi, signale le premier ministre :

  • cover play_arrow

    Mort de l’afro-américain George Floyd: Un groupe d’action pour contrer le racisme se met au travail au Québec solinfo

 

Lionel Carmant lance qu’il faut s’attarder au profilage racial :

  • cover play_arrow

    Mort de l’afro-américain George Floyd: Un groupe d’action pour contrer le racisme se met au travail au Québec solinfo

 

Les secteurs où il faut prendre des actions pour contrer le racisme doivent être identifiés par le groupe, la réalité particulière des minorités devra être prise en compte et des actions à mettre en place devront être élaborées.  La ministre Girault :

  • cover play_arrow

    Mort de l’afro-américain George Floyd: Un groupe d’action pour contrer le racisme se met au travail au Québec solinfo

L’une des solutions à mettre en place commencera au sein même des ministères qui doivent faire plus de place aux personnes autochtones, explique Sylvie D’Amours, soulignant que dans son propre cabinet, au moins 50 % provient de ce groupe.

 

 

 

 

 

 

 

Partager


0%