En ondes: Alors alors | Dumas

Information régionale

L’homme de Maria accusé de violence conjugale demeure en prison

today13 août 2021

share close

L’homme de 37 ans arrêté le 17 mars dernier pour de la violence conjugale demeure derrières les barreaux d’ici la suite des procédures.

 

L’accusé a comparu aujourd’hui pour son enquête sur remise en liberté. Cette procédure est habituellement plus rapide, mais l’homme a eu de la difficulté à se trouver un avocat. Il est maintenant représenté par Hugo Caissy. Une ordonnance de non publication empêche les médias de dévoiler les éléments de la preuve.

 

L’accusé a d’abord été interrogé par la défense. Son avocat a rappelé qu’il n’avait aucun antécédent judiciaire et qu’il était prêt à respecter de nombreuses conditions qui auraient visé à protéger la ou  les  victimes. L’accusé a mentionné que son séjour en prison et le fait de côtoyer d’autres détenus, lui ont clairement démontré qu’un bris de condition signifiait automatiquement un retour en prison ce qu’il ne souhaite pas advenant sa libération. Il s'est dit également prêt à travailler et faire preuve de bonne volonté. Hugo Caissy a mentionné à la juge que dans ce type de procédure le principe est la libération et l’incarcération l’exception.

 

Florence Frappier-Routhier représentente du Département des Poursuites criminelles et pénales a rétorqué que ce cas était justement un cas d’exception. Elle a affirmé que les accusations étaient très graves et que la où les victimes doivent toujours se cacher par peur de représailles. Selon elle, en raison de la preuve et d’un premier bris de condition alors qu’il était incarcéré, le risque de récidives à l’encontre des victimes est réel.

 

La juge Janick Poirier a mentionné dans sa décision que les accusations étaient sérieuses malgré l’absence d’antécédant. Selon elle, les événements du 17 mars semblent constitués, en attendant le procès et en respectant la présomption d’innocence, l’apothéose d’une situation qui dure. Elle a expliqué que l’accusé a tenté de présenter un portrait très positif de sa personne parfois glorieux ce qui ne correspond pas à une certaine réalité factuelle.

 

Donc en raison des risques non négligeables que l’accusé représente pour la ou les victimes, l’homme demeure incarcéré pour la suite des procédures. La juge a ajouté que dans ce genre de dossier la détention est nécessaire pour ne pas miner la confiance du public.

 

L’accusé reviendra en cour le 13 septembre pour l’enquête préliminaire proforma.

Partager


0%