En ondes: Dans le silence | Benjamiin

Information régionale

Les enfants distinguent maintenant le son des missiles et des bombes

today28 février 2022

Oleksii Pivtorak: Facebook

Arrière-plan
share close

Un étudiant d’origine ukrainienne au campus de Gaspé témoigne des effets des attaques de la Russie sur sa famille dans son pays natal.

 

Âgé de 20 ans, Oleskii Pivtorak étudie en tourisme d’aventure au Cégep de la Gaspésie-les Îles.  Il revenait d’ailleurs d’une expédition, vendredi, lorsqu’il a pris connaissance de la situation après tout le monde. 

 

Le choc a été tellement grand qu’il a dû fermer son compte Facebook le temps d’absorber la nouvelle :

  • cover play_arrow

    Les enfants distinguent maintenant le son des missiles et des bombes solinfo

Il est au Québec depuis ses 13 ans mais possède de la famille un peu partout en Ukraine.  Samedi matin, lors de notre entretien avec lui, ses proches se portaient toujours bien.  La guerre est cependant bien réelle, constatant avec effroi que ses jeunes nièces peuvent maintenant faire la différence entre le son d’un missile la détonation d’une bombe :

  • cover play_arrow

    Les enfants distinguent maintenant le son des missiles et des bombes solinfo

Le jeune Oleskii se dit très fier de son héritage et affirme que la jeunesse est très consciente de sa culture malgré les prétentions du Kremlin à l’effet que l’Ukraine n’est pas un vrai pays, mais une partie de la Russie :

  • cover play_arrow

    Les enfants distinguent maintenant le son des missiles et des bombes solinfo

Il connaît des jeunes qui souhaitent retourner en Ukraine pour aider leurs communautés, mais Oleskii Pivtorak affirme qu’il sera plus utile en poursuivant ses études.  Il a d’ailleurs l’intention de suivre des cours de journalisme et il aimerait couvrir les conflits armés afin de rapporter la réalité sur le terrain.  La guerre en Ukraine en est un autre bel exemple, la guerre de l’information est aussi importante.

Oleskii Pivtorak remercie toute la population gaspésienne pour son soutien et il affirme que des gestes aussi petits que de mettre une bannière de l’Ukraine sur les profils Facebook le touchent.   

Partager


0%