Informations régionales

Les commerçants doivent se parler

7 janvier 2021

L’Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux ne souhaite pas que le gouvernement émette une liste trop précise des produits que ses membres sont autorisés à vendre.

 

            Un flou existe dans le commerce au détail sur la marchandise considérée comme étant essentielle ou non.

 

            Dans la région, un centre de rénovation peut se permettre de vendre un produit alors que le même bien est mis sous scellé dans un autre commerce.

 

            Richard Darveau, PDG de l’Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux, confirme que les incongruités sont multiples à travers la province :

 

            Il invite les quincailleries d’un même marché à s’entendre sur le type de produit et sur le type de situation auxquels il faut répondre.

 

            D’ailleurs, dès la première vague, certains concurrents se sont entendus pour rester fermés le dimanche.  Cette entente d’organisation a permis d’offrir du repos aux employés tout en évitant que les commerçants se cannibalisent :

 

Retour

PARTAGER