Informations régionales

Le syndicat se questionne sur une directive de Sobeys

Le syndicat se questionne sur une directive de Sobeys

5 mai 2020

Le syndicat représentant des employés du IGA de Paspébiac affirme que  Sobeys empêche des employés de travailler et la compagnie rétorque plutôt qu’il s’agit d’un enjeu de sécurité.

            Le 21 avril dernier le IGA de Paspébiac a dû fermer temporairement ses portes suit à une éclosion de coronavirus. Huit salariés se sont retrouvés en quarantaine après avoir reçu un diagnostic positif. Le syndicat affirme que les employés sont maintenant considérés comme rétablies et sans danger pour les autres. Toutefois une directive de Sobeys, la maison mère, les empêche de rentrer au travail en prolongeant leur quarantaine de 14 jours supplémentaires.

            Rémi Bellemare-Caron, conseiller syndical à la Fédération du commerce affirme que cette précaution est superflue avec le feu vert de la santé publique. Selon lui cette directive est difficile à avaler pour les employés qui souhaitent travailler. Même si ces travailleurs sont admissibles à la PCU, Rémi Bellemare-Caron affirme que ces gens ont le droit de travailler :

            Le syndicat rappelle aussi que ces gens ont contracté la maladie dans le cadre de leur fonction, ce qui devrait être considéré par la compagnie

La porte-parole de Sobeys affirme qu’il est vrai de dire que la bannière a décidé, par souci de sécurité, d’aller plus loin que la santé publique. Elle rappelle aussi que les employés sont admissibles aux programmes d’aide financière :

            Le IGA de Paspébiac est ouvert depuis hier et celui de New Richmond devrait ouvrir le 11 mai.

Retour

PARTAGER