Informations régionales

Le président garde espoir, malgré tout

Jean Couture

Le président garde espoir, malgré tout

14 novembre 2019

Malgré l’attitude du ministre de l’Éducation, le président de la Commission scolaire René-Levesque  a bon espoir que le gouvernement fera marche arrière concernant l’abolition des commissions scolaires.

            Des représentants des commissions scolaires du Bas-Saint-Laurent, de la Côte-Nord, des îles de la Madeleine et de la Gaspésie étaient à Québec hier dans la cadre de la commission parlementaire sur le projet de Loi 40 sur l’instruction publique et la gouvernance scolaire.

            Dans un premier temps, les représentants de l’Est-du-Québec ont fait valoir au ministre que ce dernier a très peu fait de consultation et que le projet de Loi 40 est une réforme mur à mur qui ne tient pas compte des réalités régionales. Le président de la Commission scolaire René-Levesque, Jean Couture, déplore aussi que le projet de Loi soit en réalité un débat de structure qui fait peu de place à la mission numéro 1 du système de l’éducation, soit la réussite scolaire. Le président se demande pourquoi le gouvernement caquiste agit avec autant d’empressement :

            Selon Jean Couture, le ministre Jean-François Roberge a l’attitude de celui qui possède la vérité infuse. Malgré tout, le président a toujours espoir de voir le ministre reculer :

            Pour Jean Couture, le projet de Loi 40 est un projet qui centralisera les pouvoirs, notamment en permettant au ministre de fusionner des établissements, et ce au détriment des régions.

Retour

PARTAGER