Informations régionales

Le manque de contact affecte plus que lors de la première vague

Le manque de contact affecte plus que lors de la première vague

18 janvier 2021

La deuxième vague de la pandémie provoque de nouvelles sources d’inquiétude pour les gens qui souffrent de problème de santé mentale.

 

            Carole Gauthier, directrice à l’Association d’entraide pour la santé mentale la Passerelle, note que lors de la première vague, la crainte et l’anxiété étaient surtout provoquées par le virus lui-même.

 

            Avec la deuxième vague, les craintes se sont diversifiées et provoquent beaucoup d’anxiété chez les personnes qui souffrent d’isolement.  Carole Gauthier constate que la durée de la pandémie a des effets :

 

            La pandémie provoque des incertitudes financières pour plusieurs mais c’est le manque de contact humain qui est le plus difficile :

 

            Si elle constate de par son travail une augmentation de l’anxiété, Carole Gauthier craint que le portrait réel de la situation soit encore pire car plusieurs personnes, et souvent des hommes, ne consultent pas :

 

            Carole Gauthier invite les personnes en détresse à utiliser les ressources d’aide en place.  Si les déplacements sont parfois difficiles, plusieurs outils sont disponibles via le téléphone ou le web.

Retour

PARTAGER