Informations régionales

La réforme risque de nuire au recrutement de parents

Jean-François Roberge

La réforme risque de nuire au recrutement de parents

17 janvier 2020

Le projet de loi sur la refonte des commissions scolaires risque de compliquer le recrutement sur les comités de parents.

 

            Les commissions scolaires seront bientôt remplacées par des centres de services.  La Fédération des comités de parents du Québec réclamait un lien avec les futurs conseils d’administration des nouvelles entités qui remplaceront les conseils des commissaires. 

 

            L’amendement annoncé par le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, cette semaine, prévoit que les parents siégeant au conseil d'administration seront élus parmi les membres du comité de parents et qu’ils devront demeurer actifs au sein de ce même comité.

 

            Si l’idée semble intéressante en théorie, Joshua Burns y voit un problème majeur, lui-même membre du comité de parents de la Commission scolaire René-Lévesque.  Selon lui, les parents désireux de s’impliquer dans la nouvelle structure devront siéger à deux ou trois endroits, ce qui viendra compliquer le recrutement :

 

            De plus, contrairement aux prétentions du ministre Roberge, Joshua Burns affirme que les parents perdront du pouvoir avec le projet de loi. Il affirme que la structure actuelle fait une bonne place aux parents et ne voit pas d’amélioration à cet égard dans le projet du ministre :

 

            Pour ce parent, le ministre va tout simplement trop vite avec sa réforme et les experts ne sont pas suffisamment consultés.

Retour

PARTAGER