En ondes: Texas Hold' Em | Beyoncé

Information régionale

Écart persistant entre le salaire des femmes et des hommes

today30 novembre 2022

Arrière-plan
share close

Si l’écart entre la rémunération horaire moyenne des femmes et des hommes a globalement diminué en près de 25 ans, les inégalités salariales demeurent bel et bien d’actualité.

 

En 1988, une femme gagnait en moyenne 83 % du taux horaire de ses collègues masculins, alors que ce ratio a atteint 91 % l’an dernier, révèlent de récentes données de l’Institut de la statistique du Québec.

 

C’est dans les secteurs de la gestion, des ventes et services ainsi que de la fabrication et des services d’utilité publique que l’écart s’est le plus rétréci au fil des ans, enregistrant une variation positive de 12 %.

 

Toutefois, la situation stagne au sein des professions en ressources naturelles, agriculture et production connexe, où le ratio demeure stable à 72 %, ce qui correspond au plus grand écart de la rémunération horaire moyenne hommes/femmes en 2021.

 

Notons que de façon générale, les Québécoises sont presque toujours aussi présentes que les hommes sur le marché du travail lors de la période analysée.  L’an dernier, le taux horaire moyen féminin s’élevait à 27,39 $ contre 30,16 $ pour leurs collègues masculins, indique l’ISQ.

 

Selon l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS), les inégalités salariales font en sorte que depuis le 27 novembre, « c’est comme si les femmes travaillaient gratuitement jusqu’à la fin de l’année ».

Collaboration CFIM

Partager


0%