En ondes: La ballade des caisses de 24 | Plume Latraverse

Information régionale

Des questions face au sort de David Guy

today29 août 2022

Jean-François Blais

Arrière-plan
share close

La peine d’emprisonnement et les conditions imposées à David Guy lorsqu’il sera en liberté suscitent des questions dans la famille de sa victime.

 

David Guy a reconnu avoir fait subir à sa conjointe, tout au long de leur union de 17 ans, des sévices graves et répétés.

 

L’homme de Maria a écopé le 12 août d’une peine d’emprisonnement de 4 ans.  Il sortira dans moins de 22 mois, le temps passé en prison avant la sentence comptant pour 1 fois et demie.  Jean-François Blais témoigne que sa cousine ne s’est pas sentie en sécurité à l’écoute du prononcé de la sentence, basée sur une suggestion commune des parties :

  • cover play_arrow

    Des questions face au sort de David Guy solinfo

En ce qui a trait aux conditions qu’il devra respecter, David Guy ne pourra posséder d’armes pour une période de 10 ans.  Il ne pourra s’installer au Québec pour une durée de 3 ans à la sortie de prison :

  • cover play_arrow

    Des questions face au sort de David Guy solinfo

La gravité des chefs a été réduite et ceux qui ne touchaient pas la plaignante principale sont tombés.  La famille craint pour la sécurité des proches maintenant que l’ex-conjointe de David Guy est décédée :

  • cover play_arrow

    Des questions face au sort de David Guy solinfo

Jean-François Blais estime que l’histoire se répète au Québec, cas après cas de violence conjugale :

  • cover play_arrow

    Des questions face au sort de David Guy solinfo

La famille déplore que l’imposition d’un bracelet anti-rapprochement n’ait pas été prévu.

 

L'explique de la Direction des poursuites criminelles et pénales

Le ministère public souhaitait éviter à la plaignante de témoigner à la cour et il souhaitait avoir accès à la probation maximale prévue par le code.

 

Représentant la direction des poursuites criminelles et pénales à la fin du processus, Me Maxime Rocheville-Paradis explique aussi que la suggestion commune de 4 ans de détention permettait d’empêcher l’agresseur de s’installer au Québec pendant 3 ans :

  • cover play_arrow

    Des questions face au sort de David Guy solinfo

 

Aussi, Me Rocheville-Paradis souhaitait que la proposition améliore les chances que l’accusé plaide coupable, avec le verdict qui viendrait avec.

 

Puis, surtout, le DPCP privilégiait l’idée d’éviter à la victime, alors plaignante, de témoigner dans un procès, même si l'ex-conjointe de David Guy n'en a jamais fait la demande :

  • cover play_arrow

    Des questions face au sort de David Guy solinfo

 

Quant à l’imposition du bracelet anti-rapprochement à la sortie de la détention, le ministère soutient qu’il n’était pas en mesure de le réclamer :

  • cover play_arrow

    Des questions face au sort de David Guy solinfo

 

Le représentant du ministère public soutient que couvrir une période de 7 ans, soit 4 ans de détention et 3 ans de probation, a été l’élément majeur qui a mené à la suggestion commune. 

Partager


0%