En ondes: El Grande Torpedo | Kaïn

Information régionale

Décès d’une pionnière

today25 octobre 2018

Ginette St-Onge a travaillé au début des fouilles au parc, période cruciale où tout était à faire. Cette photo où on la voit en pleine action est devenue l'une des préférée de l'équipe.

Arrière-plan
share close

Une pionnière de la recherche au site fossilifère de Miguasha s’éteint.

            Originaire de Miguasha, Ginette St-Onge, est décédée le 17 octobre, à sa résidence de Saint-Apollinaire. 

 

 

Biologiste diplômée, elle a lancé et supervisé les fouilles dans la partie de la falaise qui a été exploitée le plus longtemps depuis l’ouverture, en 1978.  Directeur du parc à ce moment, Marius Arsenault souligne sa grande contribution :

  • cover play_arrow

    Décès d’une pionnière solinfo

          

 Devant, dos à l’appareil : Ginette St-Onge (responsable du projet du trou des esclaves) en compagnie, de gauche à droite, de Marc Leduc (étudiant et candidat à la maîtrise), Richard Cloutier (paléonthologue), Michel Belzile (guide-interprète à ce moment) et Marius Arsenault qui a été directeur du parc.  Photo: collection du parc

 

Ses recherches avec le reste de l’équipe ont permis de documenter la dynamique écologique qui a existé dans l’estuaire, il y a 380 millions d’années :

  • cover play_arrow

    Décès d’une pionnière solinfo

 

            Le parc a pu cumuler des connaissances sur les espèces qui s’y trouvaient, leur abondance et lesquelles ont cohabité à la même période.  Olivier Matton, responsable de la conservation et de l’éducation au parc de Miguasha :

  • cover play_arrow

    Décès d’une pionnière solinfo

 

            Sur une photo iconique du parc, Ginette St-Onge représente d’ailleurs le visage de milliers d’heures de recherche sur ce site reconnu par l’UNESCO :

  • cover play_arrow

    Décès d’une pionnière solinfo

 

            Ginette St-Onge est décédée à l’âge de 65 ans.

 

Cette section de la falaise, creusée par les travaux de fouille, a été surnomée le trou des esclaves.  La chaleur qui y règne parfois lui a sûrement valu son surnom affectueux. 

 

 

Partager


0%