Informations régionales

CIME demeure opposée au plan de la ZEC

16 avril 2021

L’opposition de CIME Aventure demeure farouche contre le Plan de cohabitation globale sur la rivière Bonaventure.

 

La directrice affirme que les modifications apportées au plan représentent une bonne nouvelle pour les usagers autonomes, mais ces changements de dernière minute relèvent, selon elle, de l’improvisation et non de l’écoute.

 

Élodie Brideau trouve important que tous les acteurs s’unissent afin de préserver le bijou qu’est la rivière Bonaventure mais elle rejette le plan de la ZEC qui est partial à ses yeux.

 

Elle note qu’une étude scientifique sur la capacité de support a été rejetée par la ZEC à l’automne.  Selon elle, cette étude proposait une diminution d’environ 15% de l’achalandage.

 

Un nouveau plan avec des données complètes et fiables scientifiquement est nécessaire, plaide-t-elle, afin de trouver un équilibre qui sera profitable à tous les utilisateurs :

Le plan prévoit une limite de 100 embarcations par jour pour Cime qui devra verser 12 dollars par client à la ZEC.  Cette tarification a pour but de contribuer à l’embauche de 11 nouveaux employés sur la rivière.  La directrice affirme qu’elle est prête à contribuer financièrement à la santé du cours d’eau, mais le plan proposé met son entreprise en péril :

Élodie Brideau refuse de spéculer sur ce que fera son entreprise si le plan est adopté dans sa forme actuelle :

L’entrepreneure a bon espoir de convaincre le ministère du bien-fondé de ses arguments.

Retour

PARTAGER