En ondes: Good Lord | Salbarbes

Information régionale

2 municipalités pourraient perdre leur statut bilingue

today18 mai 2021

Arrière-plan
share close

Les modifications à la loi 101 impactent le statut bilingue de 2 municipalités de la Baie-des-Chaleurs. 

 

Le projet de loi 96 du ministre Jolin-Barrette modifie certains aspects de la loi 101, notamment le statut bilingue des villes.

 

Pour détenir ce statut, la population d’une ville doit être anglophone au moins à 50%. 

 

Les municipalités à statut bilingue offrent à leurs citoyens la possibilité d’avoir accès à leurs documents officiels en anglais et en français.  Les assemblées municipales sont aussi offertes dans les deux langues.

 

Les municipalités d’Escuminac et de Restigouche-Sud-Est ne répondent plus au minimum requis pour la reconnaissance de ville bilingue.  À Escuminac, 33% des 590 citoyens sont classés dans la population anglophone et Restigouche compte un taux d’anglophones de 22% à l’intérieur de ses 160 habitants.  Les deux pourraient donc en théorie perdre leur statut.

 

Les municipalités pourront toutefois le conserver si leur conseil municipal adopte une résolution à cet effet dans les 120 jours suivant l'entrée en vigueur de la loi.  Une cinquantaine de ville au Québec possède d’ailleurs toujours ce statut même si la population anglophone est en deçà du seuil requis.  Voici le maire d’Escuminac, Bruce Wafer :

  • cover play_arrow

    2 municipalités pourraient perdre leur statut bilingue solinfo

 

En Gaspésie, 4 autres municipalités ont le statut de ville bilingue. 63% des résidents de Cascapédia-Saint-Jules, New Carlisle et de Hope Town sont anglophones, et 57% à Shigawake.

 

Partager


0%