Informations régionales

Jeffrey Vauthier réclame l'aide de Diane Lebouthillier

Jeffrey Vauthier réclame l'aide de Diane Lebouthillier

29 avril 2021

De Shigawake, le pêcheur de hareng Jeffrey Vauthier interpelle la ministre gaspésienne Diane Lebouthillier.

 

Également pêcheur de homard, il estime que les conditions de pêche se dégradent dans les espèces pélagiques.

 

Depuis 2 ans, la pêche au hareng est particulièrement difficile, dénonce-t-il.  Cette année, la pêche a duré quelques jours à peine en raison de la diminution de quota instaurée il y a 2 ans. 

 

Depuis l’an dernier, le quota est fixé à 500 tonnes plus une réserve de 123 tonnes pour l’ensemble de la zone 16.  À cela s’ajoute 18 tonnes pour la zone 16B qui englobe la baie des Chaleurs.

 

Comparativement à 2019, le quota a diminué de plus de la moitié.  Il était à 1250 tonnes à ce moment.  Jeffrey Vauthier affirme qu’il réussit à bien gagner sa vie grâce au homard, mais les conditions pour le hareng ne cessent de se dégrader.  Il croit que le gouvernement devrait mieux appuyer les pêcheurs qui tentent de gagner leur vie uniquement avec le hareng ou le maquereau :

Il a tenté d’interpeller la ministre Diane Lebouthillier pour qu’elle porte son message à Ottawa mais sa démarche s’est avérée infructueuse.  Il avance que son adjoint, Thierry Haroun, a demandé de ne plus appeler :

Diane Lebouthillier a refusé notre demande d’entrevue.  Selon Thierry Haroun, la ministre Lebouthillier est bien au fait du dossier des pêcheurs de hareng.  Elle est sensible à leur situation en tant que députée de la Gaspésie-les-îles-de-la-Madeleine. Mais en tout respect aux pêcheurs, elle laisse le soin à Pêches et Océans Canada de voir à cet enjeu en toute diligence. 

Retour

PARTAGER