Informations régionales

Incendie de l'église Sainte-Anne: le motif criminel n'est pas écarté

Jesse Doiron, constable de la police de Listuguj Photo: Michel Gourd

Incendie de l'église Sainte-Anne: le motif criminel n'est pas écarté

28 avril 2021

L’hypothèse d’une cause criminelle, ni aucun autre motif potentiel, n’est écartée pour l’incendie qui a détruit l’église Sainte-Anne-de-Ristigouche à Listuguj.

 

Refaisant le fil des événements, le constable de la police de Listuguj, Jesse Doiron, note que les services d’urgence ont reçu l’appel à 22 heures 30 lundi soir. 

 

 

Photo: Michel Gourd

L’incendie a ravagé non seulement l’église mais aussi les bureaux du Secrétariat Mi’gmawei Mawiomi installés dans le presbytère adjacent :

 

Au plus fort de l’incendie, les pompiers de Campbellton et de Pointe-à-la-Croix sont venus en renfort à ceux de Listuguj. Le bâtiment est une perte totale. Seule une partie de la structure extérieure de la bâtisse a pu résister aux flammes, mais le clocher s’est effondré. Une grande perte pour la communauté :

 

Photo: Michel Gourd

La personne en charge de la pastorale, vivait dans le presbytère et s’y trouvait lorsque l’incendie s’est déclaré.  Elle a pu sortir sans blessure du bâtiment.  Vers 13 heures hier, devant les restes encore fumants de l’église, la police de Listuguj n’avait pas encore appelé la Sûreté du Québec en renfort :

 

L’appel en question a été fait vers la fin de l’après-midi.  Bien que l’enquête n’en soit qu’à ses débuts, l’hypothèse d’une cause criminelle n’est donc pas écartée. C’est un deuxième bâtiment patrimonial à brûler en moins d’un an à Listuguj, après le feu qui a emporté la maison Busteed le premier juin 2020.

 

La toute première église Sainte-Anne-de-Ristigouche à Listuguj a été construite vers la fin des années 1700. Cette église a cependant été détruite.

En fait, au moins quatre églises ont été bâties à Listuguj au fil des ans et des incendies. La construction d’une grande partie de la bâtisse s’est étalée de 1912 à 1927 en suivant les plans des architectes Georges-Émile Tanguay et Louis-Napoléon Audet.  Elle contenait des vitraux dessinés par le père capucin Guy Bruneau. Ils avaient été fabriqués par Jacques Dery des Verrières du Québec.  Leur installation s’était déroulé de 1997 à 1999. Des pèlerinages et des neuvaines s’y faisaient le 26 juillet pour souligner la fête de la Sainte-Anne.

 

Retour

PARTAGER