Informations régionales

Hausse des primes d'assurance en transport forestier: Une étude confirme les observations de l'industrie

Hausse des primes d'assurance en transport forestier: Une étude confirme les observations de l'industrie

18 juin 2020

Une étude sur la hausse du coût des primes d’assurance donne raison aux compagnies de transport forestier qui subissent des augmentations injustifiées.

 

            En moyenne, la prime a doublé en 2 ans dans toutes les régions du Québec.  La hausse est plus importante en Gaspésie, sur la Côte-Nord, au Saguenay-Lac-Saint-Jean et en Abitibi.  L'entreprise Philippe Day, de Nouvelle, a évoqué, en février, que ses primes sont passées de 167 000$ à 317 000$ par année en 3 ans

Selon la firme Mallette, pour le compte du Syndicat des producteurs de bois de la Gaspésie, 91 % des entreprises de transport ont subi une hausse de leur prime d’assurance commerciale.  L’étude a été financée par le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, à la demande du député de Bonaventure.  La hausse du prix des camions, du coût de remplacement des pièces et du volume de réclamations ont eu une influence sur la croissance des primes.  Le député Sylvain Roy note être régulièrement interpellé par les camionneurs sur cette question.  L’État doit s’attarder au nombre d’assureurs qui fond; Intact, Aviva et Promutuel desservent 84 % des assurés:

            L’étude note que pour assurer un chauffeur, les critères sont très stricts, surtout pour la relève.  Un minimum de 3 ans d’expérience est souvent exigé dans le transport d’une marchandise spécifique.  Le chauffeur doit être âgé d’au moins 25 ans.  Si ces conditions ne sont pas remplies, une surprime s’applique.  Le pouvoir de négociation doit être renversé :

            65 % des propriétaires envisagent l’arrêt de leurs activités.  Le député Roy est préoccupé des effets sur ce maillon important de l’économie, notant que beaucoup d’entre eux ne veulent pas que leur enfant prenne la relève :

            Sylvain Roy ajoute que tout le secteur primaire semble être touché.  Le domaine agricole et du transport en vrac ressent aussi une hausse des primes et une diminution du nombre d’assureurs.

Retour

PARTAGER