Informations régionales

De l'argent et du temps à prévoir pour recruter à l'étranger

photo: archives

De l'argent et du temps à prévoir pour recruter à l'étranger

19 février 2019

Les entreprises qui veulent embaucher un travailleur étranger doivent s’attendre à des délais de plusieurs mois.

 

            Elles doivent s’attendre aussi à défrayer des coûts qui peuvent être importants.

 

            La pénurie de main-d’œuvre dans la région amène de plus en plus les entreprises à vouloir se tourner vers l’immigration pour répondre à leurs besoins.

 

            Dans un premier temps, l’entreprise doit démontrer qu’il n’y a pas de travailleur disponible dans sa région en affichant son poste durant au moins 28 jours avant d’embaucher des travailleurs étrangers temporaires, selon Valérie Vermette conseillère en recrutement international au ministère de l’Immigration :

            L’entreprise doit aussi remplir des documents prouvant que le travailleur étranger n’aura pas d’impact négatif sur le marché du travail, comme prendre la place d’un autre travailleur. Ensuite, l’employeur doit donner des précisions sur la personne qu’elle veut embaucher à l’étranger :

            Selon Valérie Vermette,  le travailleur étranger temporaire doit aussi faire des démarches pour obtenir son permis de travail qui lui servira ensuite de visa pour une période déterminée :

            En plus des documents administratifs, l’employeur pourrait devoir défrayer quelques milliers de dollars, selon les conditions salariales du travailleur étranger temporaire. 

Pour un travailleur payé moins de 21,75$ l’heure, l’employeur doit prévoir des frais de 1200 $ pour les démarches d’immigration, le billet d’avion aller-retour et défrayer les coûts d’un logement adéquat.  Selon le ministère de l’Immigration, tous le processus administratif peut atteindre de 6 à 8 mois.

Retour

PARTAGER